Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

je hais les couples...

Publié le par crasyone

Ca fait un brin de temps que vous attendiez, à n' en pas douter, la suite des aventures de mon héroine, que nous avions laissé début janvier perdue entre mister perfect et him. mister perfect portant bien son nom, c'est lui qui in fine fut choisi, sans regrets aucun depuis.

Mais, comme il arrive souvent dans une vie de couple, mister perfect et mon héroine passent parfois des soirées avec la bande de potes de monsieur...monsieur ayant un certain nombre d'année de plus que not pov héroine, les amis de celui ci...ont son age...et bizzarement, vous savez quoi ? l' introduction dan une bande de quincas d'une trentenaire fraiche qui, de plus, n' ayant pas conscience d'être une femme, se comporte avec tout mec comme si elle même en était un (et claques dans le dos, bras autour des epaules...bref, cordialitée sans ambiguité...pour notre héroine qui est définitivement d'une confondante naiveté)..;donc je disais, l' introduction de notre héroine ne se passa pas sans heurts

du coté de la gente masculine ça donne des "tain, elle bouge bien, qu'est ce que ça doit être au lit"(non connard, j'ai juste pas d'arthrose et j' aime danser) ou des "tain t as vu, elle passe un bras autour du coup d'un ot que toi"....bordel, ce que c'est mesquin et langue de pute un mec frustré qui arrive pas à trouver de nana. Si mister perfect-méritant très bien son pseudo-prends ça à la rigolade (ça aide de faire l'envie de tous les potes qui arrivent pas à en trouver une, surtout une "petite jeune") notre héroine, elle, prend ça nettement moins bien et commence à montrer doucement les crocs (que mister perfect ne connaissait pas encore)

Mais ajoutons à présent la gente féminine....qui apprecie plus que modérément l'arrivée dans la bande d'une demoiselle encore fraiche (j' ai pas dit belle, j' ai dis fraiche et pas trop mal foutue)..

La gente féminine, donc, quincas elle aussi, n 'aime pas voir de la concurrence (déloyale) sur son terrain de chasse, surtout quand la concurrence a embarqué le meilleur morceaux du troupeau masculin et ne se cache pas de l' aimer (et lui non plus)

Ce qui donne donc, dès que notre héroine approche son homme des "ha mais c'est bon y a des hotels..." ou ce genre de phrases (un très bon pote de notre heroine appelle celà d'ailleurs le comité de censure)...majoritairement d'ailleurs par un nouveau personnage de notre romans, appellons la cruella...

Cruella. 50 ans, larges 3 fois comme notre héroine, et qui regrette plus qu'amèrement de ne pas avoir tenté sa chance avec mister right quand il était encore dispo (le dit mister n' étant pas aveugle, elle aurait pas eu la moindre chance, hein, faut pas dec)

Et là c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase pour notre pov héroine...qui se voit dans l' obligation non pas de montrer des crocs mais de mordre...et en 1er lieux mister perfect qui -selon elle- aurait très bien pu se fendre d'un "cruella tu fais chier fous nous la paix"

et c'est comme ça que la soirée se termine de manière compliquée, mais non-bien entendu-sans le dernier mot pour not chere heroine

dans la bande se trouvant un tres bon pote et celui ci-ayant saisi la situation, il prend son micro et avant de chanter se fend d'un "halte à la censure"

et quand cruella se mets à chauffer de manière parfaitement vulgaire la salle, un haut et fort "et là cruella, il fait quoi le comité de censure?" couvre la musique. je vous précise qui en est l' auteur ?

NB ...bizzarement, dans mon histoire, Cruella ne dit pas au-revoir à notre héroine...

Commenter cet article